LIGUE D'AÏKIDO FFAAA DE NOUVELLE-CALÉDONIE

AÏKIDO

LIGUE FFAAA DE NOUVELLE-CALÉDONIE

Objectif de l’Aïkido

Au travers de sa pratique martiale, l’Aïkido a pour objectif d’améliorer les relations entre les personnes en favorisant le développement harmonieux de chacun. Les techniques permettent de préserver l’intégrité de l’adversaire. C’est le principe de non-violence qui prédomine. Obtenir l’arrêt volontaire de l’agression est à la fois l’objectif et la méthode de l’Aïkido.

L’aïkidoka (celui qui pratique l’Aïkido) apprend à utiliser la force et l’énergie de son assaillant en la retournant contre ce dernier. Il s’agit de décourager son adversaire et non de le détruire. Toutes les techniques d’Aïkido s’inscrivent dans une série de mouvements circulaires destinés à rejeter toutes les formes d’agressivité dans le vide. C’est en effectuant la synthèse de toutes les techniques des arts martiaux et des valeurs morales de l’être humain que Morihei UESHIBA créa l’Aïkido.

Dépassant l’aspect sportif, cette discipline est essentiellement basée sur une philosophie de non-violence. Sa pratique régulière vise à mieux communiquer en favorisant le développement harmonieux de chacun. Son objectif n’est pas la destruction de l’adversaire, ni même la dissuasion par la crainte, mais au contraire, un échange d’énergie propre à désamorcer l’agression et à évacuer la situation de conflit. L’aïkidoka qui utilise prioritairement l’esquive, guide l’attaque de son partenaire en le contrôlant au maximum jusqu’au point de déséquilibre. À ce moment-là, l’aïkidoka a le choix entre la projection et l’immobilisation en fonction de l’efficacité recherchée.

Morihei Ueshiba Sensei

Définition

TRADUCTION DU MOT AÏKIDO

AI

union, unification, harmonie

KI

énergie vitale

DO

voie, perspective, recherche

Recherche de l’harmonie des énergies vitales

LIGUE FFAAA DE NOUVELLE-CALÉDONIE

Principes de la pratique

L’objectif de l’Aïkido est extrêmement vaste et ambitieux. Il ne faut donc surtout pas tenter de le réduire à un ensemble de techniques ou de « trucs » pour apprendre à se défendre à court terme (même si cet aspect est également pris en compte). Il convient au contraire de bien le considérer comme un engagement sur une voie qui suppose une recherche permanente et un souci constant de perfectionnement tant sur le plan technique, physique que mental ou relationnel.

A ce titre, dans le cadre de la pratique, les rôles de Uke (celui qui attaque, qui subit la technique et chute) et de Tori (qui est attaqué et applique la technique) sont d’égale importance et doivent être abordés avec le même sérieux car ils constituent les deux faces indissociables de la situation qui nous sert de cadre d’étude.

Conformément à l’objectif de la discipline, chacun doit s’efforcer de pratiquer avec le plus de partenaires possibles, représentants des types humains différents de par l’âge, le gabarit, le sexe ou le niveau technique afin de gommer progressivement l’aspect purement physique de la relation pour ne considérer que le faisceau d’énergie (Ki) généré par l’attaque. La tentation est souvent grande de ne travailler que par affinité, mais ce serait là limiter considérablement la portée de l’expérience que vous pouvez vivre dans le dojo.

Les formes d'étude

L’étude de l’Aïkido comprend plusieurs formes d’entraînement :

1/ Le travail à « mains nues » est la forme traditionnelle et les partenaires pratiquent : 

  • Soit debout : TACHI WAZA
  • Soit à genoux : SUWARI WAZA
  • Soit l’un à genoux (Tori) et l’autre debout (Uke) : HAMMI HANDACHI  WAZA

2/ Le travail à mains nues contre armes : couteau (Tanto), bâton (Jo) ou sabre (Boken) ;

3/ Le travail du Jo et du Boken 

APPORTS

La pratique régulière de l’Aïkido permet de développer :

  • la souplesse,
  • le relâchement musculaire,
  • la tonicité,
  • la précision et le contrôle des gestes,
  • l’endurance,
  • la résistance à la fatigue,
  • le dynamisme,
  • la sérénité,
  • la confiance en soi,
  • la concentration,
  • le respect de soi et des autres, …